Skip to primary content
Skip to main menu
Skip to section menu (if applicable)

Coup d’œil sur l’ACSM

mai 5, 2017

Depuis 1918, l’Association canadienne pour la santé mentale œuvre dans le but d’améliorer la vie des Canadiens vivant avec des problèmes de santé mentale ou une maladie mentale et de sensibiliser et éduquer les gens afin qu’ils puissent mieux comprendre l’importance de protéger leur santé mentale.

Afin de mieux servir les Canadiens vivant avec des problèmes de santé mentale, nous œuvrons dans quatre grandes catégories :

Services d’intervention
Cet aspect de notre travail est directement lié au service aux clients. Il s’agit de programmes et d’ateliers, comme les programmes de transition offerts par notre division de Toronto à l’intention des jeunes de 16 à 24 ans et le club social Among Friends de Halifax-Dartmouth à l’intention des adultes atteints de maladie mentale. La création et le maintien d’environnements où les clients peuvent mieux comprendre ou contextualiser leurs problèmes ou maladies sont importants pour favoriser leur rétablissement.

Évaluation et action sociale
Mieux connu sous le nom de « Défense des droits », ce domaine consiste à informer les Canadiens, qui sont membres ou non de la fonction publique, sur l’importance de la santé mentale, et aussi à aider les clients à présenter une demande de services. Dans notre division de Cariboo-Chilcotin, par exemple, « Évaluation et action sociale » consiste à aider les clients à présenter une demande de prestations d’invalidité ou d’aide sociale, défendre les droits des clients, et veiller à ce que les clients aient accès à des médicaments et des travailleurs sociaux.

Éducation du public
Dans notre domaine, l’éducation est importante aux fins de prévention et de promotion. La prévention, au sens de la prévention de l’automutilation et de la stigmatisation des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale ou une maladie mentale; la promotion, au sens de la promotion de l’autogestion de la santé et des services qui sont les mieux appropriés. Un exemple de ces programmes est « Photovoice: Exposing Our Path To Wellness », un programme d’éducation et de lutte contre la stigmatisation, offert par la filiale de Thunder Bay, qui permet aux participants de partager leurs expériences de la maladie mentale et de leur rétablissement au moyen de photographies. Selon une étude menée en 2015-2016, les personnes qui ont assisté à ces présentations ont déclaré que leur perception du caractère dangereux des personnes atteintes de maladie mentale a diminué.

Recherche scientifique
Bien que nous ne soyons plus aussi engagés dans la recherche scientifique qu’auparavant, ce domaine est encore l’un de nos plus importants. L’an dernier, par exemple, nous avons mené une enquête auprès de différents milieux de travail pour savoir comment ils appliquent leurs normes en matière de santé mentale. Une telle recherche est menée pour savoir comment les normes ont changé au Canada, et quels aspects doivent être modifiés afin de mieux soutenir et accommoder les gens.

Les commentaires sont fermés.